.

News


Souvent, les chrétiens dérangent car ils font sortir les autres de leur zone de confort : un patriarche syriaque au Forum mondial (FCM)

GCF Bogotá - Friday, May 04, 2018

Mor Ignatius Aphrem II, patriarche d'Antioche et chef suprême de l'Église orthodoxe syriaque, s'adresse au rassemblement du FCM. Photo: Albin Hillert/COE

 

 

Le patriarche de l'une des Églises orthodoxes de Syrie a dit au troisième Rassemblement mondial du Forum chrétien mondial tenu en Colombie que les chrétiens dérangent souvent

car ils font sortir les autres de leur zone de confort.

 

Mor Ignatius Aphrem II, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient et chef suprême de l'Église orthodoxe syriaque, s'est adressé au rassemblement de Bogotá le 25 avril lors de la discussion au sujet d'un défi auquel l'Église mondiale est confrontée : la discrimination, la persécution et le martyre.

 

S'adressant au rassemblement mondial qui a eu lieu du 24 au 28 avril, le patriarche Ignatius, qui vit à Alep, a affirmé : « Le christianisme est mal accueilli dans le monde parce-qu'il fait sortir les gens de leur zone de confort. Il oppose à leurs convictions philosophiques terrestres la simplicité de la foi. »

 

La réunion a accueilli un rapport de la consultation qui a eu lieu à Tirana en 2015 sous le titre : « Discrimination, persécution et martyre : Suivre ensemble le Christ. » Cette consultation avait été organisée par le FCM avec l'appui du Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens (Église catholique), l'Association pentecôtiste mondiale, l'Alliance évangélique mondiale et le Conseil œcuménique des Églises

 

Consultation de Tirana

 

Ce fut aussi l'occasion de saluer la publication d'un livre écrit par le secrétaire du FCM Larry Miller et son prédécesseur Huibert van Beek au sujet la consultation qui a eu lieu à Tirana du 1er au 5 novembre 2015.

 

Selon Huibert van Beek, au moment de la rencontre, la persécution des chrétiens était « à l'ordre du jour » en raison de ce qui se passait à ce moment-là au Nord de l'Irak. Entretemps, la situation en Irak s'est améliorée.

 

« De nombreux chrétiens ont fui la région et n'ont pas pu revenir chez eux. La présence chrétienne au Moyen-Orient continue à diminuer car beaucoup n'ont pas de perspective d'avenir dans les pays où leurs communautés ont vécu depuis des siècles. »

 

Aujourd'hui, c'est vers la Syrie que se concentre l'attention. Le conflit dure depuis sept ans et le rassemblement a aussi évoqué l'enlèvement et la disparition, il y a cinq ans, près d'Alep, de plusieurs ecclésiastiques.

 

«Nous croyons » affirme le patriarche Ignatius, que « L'enlèvement de Mor Gregorius Youhanna Ibrahim et Boulos [Yazigi] a été un message clair adressé à la population chrétienne d'Alep en particulier et de la Syrie en général. »

 

« Il s'agissait d'une menace visant les chrétiens enracinés dans leur terre natale dans les pays du Moyen-Orient. Elle a renforcé la position des terroristes dont le message aux chrétiens était, en clair : ce pays n'est pas à vous, partez ou on vous tuera. »

 

Un fervent partisan du Forum

 

D'après le patriarche Ignatius, Mar Gregorius était un fervent partisan du Forum et de sa mission

 

Il souligne : « Aujourd'hui, nous subissons des persécutions de la part de groupes terroristes tels que Daesh, Al Nusra et d'autres qui visent les communautés chrétiennes et ont complètement détruit de nombreuses églises et autres institutions. »

 

Le patriarche constate que l'Irak a perdu plus de 80% de sa population chrétienne au cours des 15 dernières années et la population chrétienne a diminué, selon « nos estimations, de plus de 40% depuis que ce qu'on appelle le printemps arabe a 'fleuri' dans notre pays. »

 

Il note que les hommes et les femmes de foi ont de fortes attentes : « Nous vous demandons d'être notre voix dans vos communautés car les médias sont partiales et elles étouffent notre voix. »

 

Madame le professeur Dimitra Koukoura, membre du comité du FCM au nom du Conseil œcuménique des Églises(COE) et du patriarcat œcuménique, a évoqué la vie et le caractère du métropolite Yohanna :

 

« C'était un chef spirituel et un homme politique qui osait interpeler la communauté mondiale au sujet de l'injustice et de l'hypocrisie des puissants au Moyen-Orient. »

 

« C'était un pasteur dévoué et généreux et en même temps une personnalité œcuménique prête à participer à des dialogues inter-religieux et inter-Églises au nom de la coexistence pacifique de tous les peuples de la terre. »

 

Un hommage rendu à Mor Gregorius évoquant sa vie en images - entre autres sa présence aux réunions du FCM - a beaucoup ému l'auditoire silencieux. La mélodie à la flûte traversière jouée par un autre membre du comité, Ganoune Diop, a plané sur l'assistance et fait de ce moment le mémorial qui convenait.

 

 

Lien vers le discours du patriarche Ignatius

Message de la consultation de Tirana

Photos du Rassemblement mondial du FCM à Bogotá