.

Documents de Limuru 2007

Publication 4:
Etudes bibliques

Issu du premier rassemblement mondial du FCM, du 6 au 9 novembre 2007, à Limuru, Nairobi au Kenya


1. Apprendre avec Paul à  prier les uns pour les autres (Ephésiens 1, 15-23)

15 Moi aussi, depuis que j'ai appris votre foi dans le Seigneur Jésus et votre amour pour tous les saints, 16 je ne cesse de rendre grâce à votre sujet, lorsque je fais mention de vous dans mes prières. 17 Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père à qui appartient la gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître; 18 qu'il ouvre votre cœur à sa lumière, pour que  vous sachiez quelle espérance vous donne son appel, quelle est la richesse de sa gloire, de l'héritage qu'il vous fait partager avec les saints, 19 quelle immense puissance il a déployée en notre faveur à nous les croyants; son énergie, sa force toute-puissante, 20 il les a mises en œuvre dans le Christ, lorsqu'il l'a ressuscité des morts et fait asseoir à sa droite dans les cieux, 21 bien au-dessus de toute Autorité, Puissance, Pouvoir, Souveraineté et de tout autre nom qui puisse être nommé, non seulement dans ce monde, mais encore dans le monde à venir. 22 Oui, il a tout mis sous ses pieds et il l'a donné, au sommet de tout, pour tête à l'Eglise 23 qui est son corps, la plénitude de Celui que Dieu remplit lui-même totalement.

 

Eléments pour l'étude d'Ephésiens 1,15-23

La manière que nous avons d'aborder le sujet de l'unité, qui est nécessairement centrée sur  des questions relevant de la dogmatique, de l'histoire et de l'organisation, peut nous amener à sous-estimer le pouvoir de Dieu de nous guider sur le chemin de l'unité, pouvoir auquel nous avons accès au travers de la prière. Par conséquent, nous ne prions pas assez pour les Eglises et les communautés des autres et nous ne laissons donc pas cette expérience de la prière les uns pour les autres transformer nos attitudes et nos relations. Dans ce passage, Paul donne quelques indications utiles pour la prière de nos communautés les unes pour les autres.

Comme nous le savons, les mots " à Ephèse" manquent dans certains manuscrits anciens et en fait, dans ce passage, il semble bien que Paul écrive à des chrétiens de sa propre communauté, qu'il semble connaître au travers d'informations reçues d'autres personnes. Il a appris à leur propos deux choses qui le poussent à remercier sans cesse Dieu à leur sujet et à se souvenir d'eux dans ses prières. L'une d'elles est leur foi dans le Seigneur Jésus, l'autre l'amour qu'ils ont pour tous les saints. Nos Eglises continuent-elles cette pratique de Paul? Quand remercions-nous Dieu pour la foi en Jésus Christ que nous trouvons dans d'autres Eglises chrétiennes ou pour l'amour envers le peuple de Dieu, vécu dans la pratique dont nous sommes témoins chez d'autres groupes chrétiens? A quel sujet en particulier devrions-nous remercier Dieu lorsque nous pensons à la vie chrétienne que vivent des Eglises et des communautés autres que les nôtres? Pour quels aspects de leur vie de foi et de leur diakonia aimante sommes-nous particulièrement reconnaissants?

Mais Paul prie aussi pour que Dieu accorde sa grâce à ces autres communautés. Il demande à Dieu de leur donner un esprit de sagesse et de révélation afin que leur connaissance de Dieu s'accroisse. [On pourrait aussi traduire ce passage de la manière suivante: Que Dieu leur donne l'Esprit de sagesse et de révélation, mais cela revient au même, c'est-à-dire que Dieu envoie le Saint Esprit sur nos Eglises sœurs pour leur donner la sagesse et leur révéler la volonté de Dieu.] Toute nos Eglises ont besoin de croître sans cesse dans la connaissance de Dieu et de sa volonté, mais cela n'est possible que si Dieu leur donne la sagesse "qui vient d'en-haut". Si nous voulons réellement que d'autres Eglises chrétiennes croissent dans la connaissance de Dieu, nous devons lui demander sans relâche de leur accorder la sagesse. Il importe particulièrement de prier ainsi à l'occasion de leurs synodes, de leurs élections,  lorsqu'elles doivent prendre des décisions importantes ou quand elles vivent des temps de crise ou de trouble. Chacune de nos Eglises doit pouvoir compter sur le soutien spirituel des chrétiens d'autres Eglises.

Paul demande que "les yeux de leur cœur" soient éclairés pour que ces chrétiens reconnaissent ces trois choses: 1) l'espérance commune à laquelle tous les chrétiens ont été appelés, 2) les richesses de l'unique héritage chrétien auquel tous ont part, 3) l'incomparable puissance de Dieu  à l'œuvre en tous, cette puissance que Dieu a manifestée en ressuscitant le Christ d'entre les morts et en faisant de lui la source de toute plénitude et de toute unité. Notre cœur – cette faculté d'intuition, de perception qui transcende la pensée rationnelle mais qui, par la grâce, parvient à la sagesse, a des yeux, mais ces yeux, d'habitude, sont si voilés qu'ils n'arrivent pas à reconnaître les fondements de l'unité qui sont parmi nous. Ne devrions-nous pas, avec Paul, prier pour que Dieu illumine les yeux du cœur de tous les chrétiens afin qu'ils connaissent cette unique espérance à laquelle nous avons été appelés, l'héritage commun de la foi et de la vie chrétiennes auquel nous avons part de diverses manières, et la grande puissance de Dieu qui est à l'œuvre pour nous amener à l'unité et à la plénitude en Christ? L'une des raisons pour lesquelles nous semblons faire si peu de progrès sur le chemin de l'unité chrétienne pleine et visible réside peut-être dans le fait que nous n'avons pas assez de confiance en cet aspect "spirituel" de l'œcuménisme.

 

Questions pour la discussion

1 Le fait de ne pas prier régulièrement pour l'unité chrétienne, ou de nous borner à le faire pendant la Semaine annuelle de l'unité, semble indiquer une absence d'engagement profond de la part de nos Eglises. Une prière pour l'unité des chrétiens devrait-elle avoir sa place dans tous les cultes? 

2. Mentionnez certains des éléments spécifiques de la foi et de l'amour que vous trouvez dans d'autres Eglises et pour lesquels vous souhaitez remercier Dieu.

3. Comment décririez-vous l'espérance commune à laquelle tous les chrétiens sont appelés? Quelle est votre espérance?

 

2. Ensemble pour édifier le temple de Dieu (Ephésiens 2,11-22)

11 Souvenez-vous donc qu'autrefois, vous qui portiez le signe du paganisme dans votre chair, vous que traitaient d'«incirconcis» ceux qui se prétendent les «circoncis», à la suite d'une opération pratiquée dans la chair, 12 souvenez-vous qu'en ce temps-là, vous étiez sans Messie, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. 13 Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui jadis étiez loin, vous avez été rendus proches par le sang du Christ. 14 C'est lui, en effet, qui est notre paix: de ce qui était divisé, il a fait une unité. Dans sa chair, il a détruit le mur de séparation: la haine. 15 Il a aboli la loi et ses commandements avec leurs observances. Il a voulu ainsi, à partir du Juif et du païen, créer en lui un seul homme nouveau, en établissant la paix, 16 et les réconcilier avec Dieu tous les deux en un seul corps, au moyen de la croix; là, il a tué la haine. 17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches. 18 Et c'est grâce à lui que les uns et les autres, dans un seul Esprit, nous avons l'accès auprès du Père. 19 Ainsi, vous n'êtes plus des étrangers, ni des émigrés; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu. 20 Vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondation les apôtres et les prophètes, et Jésus Christ lui-même comme pierre maîtresse. 21 C'est en lui que toute construction s'ajuste et s'élève pour former un temple saint dans le Seigneur. 22 C'est en lui que, vous aussi, vous êtes ensemble intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu par l'Esprit.

 

Guide pour l'étude d'Ephésiens 2,11-22

C'est peut-être le dernier verset de ce passage qui exprime le sens dans lequel va le propos de Paul. En Christ, nous sommes tous édifiés ensemble pour devenir la maison dans laquelle Dieu habite par son Esprit. Nous avons ici l'image de Dieu qui construit une maison où il a l'intention d'habiter et d'être glorifié par l'Esprit. Evidemment, l'œuvre de l'unité est u n projet qui appartient à Dieu, et non quelque chose que nous, les chrétiens, avons imaginé à nous seuls.

Dieu nous a déjà conduits et fait progresser sur ce chemin. Nous sommes ceux que les Juifs, que Dieu avait choisis pour être son peuple, appelaient les incirconcis, c'est-à-dire les "non-élus", ceux du dehors. Paul considérait notre "ancien" statut comme misérable, un statut qui ne nous faisait bénéficier d'aucune des bénédictions qui distinguaient les Juifs: nous étions éloignés du Christ, nous n'avions ni les droits ni les privilèges des citoyens, mais n'étions que tolérés en tant que résidents étrangers; nous étions hors du champ des promesses que Dieu avait faites à Abraham et à ses descendants; nous ne partagions pas l'espérance des Juifs qui attendaient un Messie et nous vivions sans Dieu dans ce monde. Il ne pouvait régner que de l'hostilité entre ceux qui avaient tant reçu et ceux auxquels il manquait tant.

Mais "maintenant", en Christ, Dieu a changé tout cela. Tout d'abord, le Christ, incarnant la Parole divine, a prêché un même message à ceux qui étaient éloignés et à ceux qui étaient proches. Puis, dans la mort du Christ sur la croix, Dieu a abattu une fois pour toutes le mur de la haine et apporté la paix en créant une personne nouvelle pour qui les anciennes différences ne sont plus pertinentes. Par l'Esprit, nous avons tous un seul Père et nous avons tous accès auprès de ce Père. Nous, les "gens du dehors", nous sommes devenus ceux "du dedans", des membres de la maison de Dieu, libres d'aller et venir comme nous le voulons, nous avons un accès intime à Dieu, le maître de la maison.

C'est ainsi que Paul en vient à son image centrale, celle de Dieu comme maître d'œuvre qui se construit un temple dont nous sommes les matériaux. Si nous étoffons cette idée centrale et tentons de discerner le projet dans lequel Dieu est engagé maintenant, nous voyons l'image d'un grand chantier où nos différentes communautés et Eglises chrétiennes sont les éléments préfabriqués que Dieu cherche à rassembler pour façonner un Temple consacré à sa louange et à sa gloire. Chacune de nos communautés contribue à ce projet par ses qualités uniques, les dons qui lui sont propres. Nous pouvons choisir de participer avec enthousiasme à ce projet de Dieu, ou nous pouvons nous y opposer et chercher à rester des pierres isolées, inutiles et non utilisées.

L'unité des chrétiens n'est pas quelque chose que nous avons imaginé pour atteindre nos propres objectifs, mais elle fait partie intégrante du plan de salut de Dieu. Elle est la participation à l'édification du Temple saint que Dieu se construit; le projet vise à donner louange et gloire à Dieu. Ne devrions-nous pas, nous qui venons de si loin, qui étions étrangers à l'activité de Dieu, être reconnaissants et pleins d'enthousiasme en voyant que nous sommes "intégrés ensemble à la construction qui s'ajuste et s'élève pour former un Temple saint dans le Seigneur"?

 

Questions pour la discussion

1. Nommez quelques-uns des dons par lesquels Dieu a béni votre Eglise pour la construction du Temple œcuménique.

2. Nommez quelques-uns des dons spirituels que vous avez découverts dans d'autres Eglises et dont vous pensez qu'ils constituent un élément important pour la construction du Temple du Seigneur.

3. Quand nos efforts en vue de l'unité semblent se perdre et ne pas aboutir, nous oublions que c'est Dieu qui dirige ce projet, prend les initiatives; quant à nous, soit  nous coopérons, soit nous ne le faisons pas. Quels sont les efforts faits dans le monde en vue de l'unité qui, à votre avis, peuvent inspirer et encourager les autres? 


3. Croître et parvenir à la maturité en Christ (Ephésiens 4,1-6; 11-16)

1 Je vous y exhorte donc dans le Seigneur, moi qui suis prisonnier: accordez votre vie à l'appel que vous avez reçu; 2 en toute humilité et douceur, avec patience, supportez-vous les uns les autres dans l'amour; 3 appliquez-vous à garder l'unité de l'esprit par le lien de la paix. 4 Il y a un seul corps et un seul Esprit, de même que votre vocation vous a appelés à un seule espérance; 5 un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême; 6 un seul Dieu et Père de tous, qui règne sur tous, agit par tous, et demeure en tous.                                                                 11 Et les dons qu'il a faits, ce sont des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des pasteurs et catéchètes, 12 afin de mettre les saints en état d'accomplir le ministère pour bâtir le corps du Christ, 13 jusqu'à ce que nous parvenions tous ensemble à l'unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'adultes, à la taille du Christ dans sa plénitude. 14 Ainsi, nous ne serons plus des enfants, ballottés, menés à la dérive à tout vent de doctrine, joués par les hommes et leur astuce à nous fourvoyer dans l'erreur. 15 Mais, confessant la vérité dans l'amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, Christ. 16 Et c'est de lui que le corps tout entier, coordonné et bien uni grâce à toutes les articulations qui le desservent, selon une activité répartie à la mesure de chacun, réalise sa propre croissance pour se construire lui-même dans l'amour.

 

Guide pour l'étude d'Ephésiens 4,1-6; 11-16

Dans ce passage, saint Paul indique trois manières dont nous pouvons tous travailler à l'unité que le Christ a désirée pour ses disciples. La première consiste à vivre réellement notre vocation chrétienne, de façon digne de cet appel. Lorsque nous agissons envers d'autres chrétiens – et d'autres Eglises chrétiennes – dans une totale humilité et avec bonté, il devient plus facile pour les autres d'agir de même envers nous, et l'unité chrétienne devient plus proche. En agissant patiemment lorsque nous sommes confrontés à nos propres défauts et à ceux des autres, en nous supportant les uns les autres dans l'amour, particulièrement au moment de crises ecclésiales ou lorsque des déclarations nous font mal, tout cela nous aide à maintenir le lien de la paix que l'Esprit suscite parmi nous.

Deuxièmement, tout en ne niant pas les différences réelles qui existent, Paul nous invite à réfléchir à ce que nous avons en commun et propose sept fondements de l'unité: 1) nous formons un seul corps. Il n'y a qu'un seul corps, une seule Eglise du Christ, à laquelle nous appartenons tous. En œuvrant en faveur de l'unité, nous cherchons à rendre visible cette unité que le Christ a déjà établie parmi nous. 2) Il n'y a qu'un seul Esprit qui anime chacune des communautés chrétiennes. Lorsque nous remercions Dieu pour la foi et la bonté que nous trouvons chez les autres, nous louons l'Esprit qui a produit cette bonté. 3) Nous partageons une espérance commune. Les chrétiens professent un but commun. Nous nous écrions tous: "Viens, Seigneur Jésus!" et nous prions et travaillons tous en vue de l'établissement du royaume de Dieu. 4) Nous confessons tous un seul Seigneur et Sauveur, Jésus Christ. Puisque le Christ est un, comment pouvons-nous nous permettre de présenter un témoignage aussi divisé face au monde? Ne devrions-nous pas nous repentir du scandale que causent nos divisions?  5) Nous avons une seule foi, une gratitude commune pour ce que Dieu a accompli et continue d'accomplir en Jésus Christ. Même si nos formulations dogmatiques diffèrent souvent, nous sommes invités à approfondir, à explorer la foi commune qui nous unit.  6) Nous professons un seul baptême, une expérience commune de mort et de résurrection avec le Christ, qui transcende les disputes sur les formules et les rituels du baptême. La reconnaissance mutuelle du baptême est un pas important en direction de l'unité.

7) Mais surtout, nous reconnaissons un seul Dieu et Père. De même que Jésus, notre Maître, brûlait du désir de faire la volonté du Père, de même aussi nos Eglises existent pour faire la volonté de Dieu. Un seul Dieu, qui règne sur tous; toutes nos Eglises doivent être sous le jugement de Dieu et rendre compte de la manière dont elles ont rempli leur mission. Nous confessons un seul Dieu qui agit par tous. Chaque Eglise est appelée à devenir un instrument de la grâce de Dieu. Le fait de considérer les Eglises sœurs comme des instruments au travers desquels Dieu agit pour réconcilier le monde avec lui-même en Christ constitue aussi un progrès vers l'unité. Nous sommes conscients du fait qu'il y a un seul Dieu qui est en tous. Cette conscience de la présence silencieuse et aimante de Dieu au sein de chaque communauté chrétienne nous aidera à approcher d'autres confessions avec le respect qui leur est dû.

Une troisième manière de parvenir à l'unité consiste à réfléchir aux dons que Dieu a prodigués aux diverses Eglises. Bien que toutes les confessions souhaitent incarner la plénitude de la grâce divine, chaque communion affiche des charismes spécifiques. Les unes mettront l'accent sur leur fidélité au message apostolique, d'autres excelleront dans la communication du message prophétique, d'autres encore insistent sur l'évangélisation, le service pastoral ou l'enseignement de la foi. Le fait de reconnaître que Dieu a accordé ces dons non pas pour la gloire et l'orgueil d'une Eglise particulière, mais pour l'édification de l'unique corps du Christ dans l'unité est une preuve de maturité. Il est évident que pour Paul, l'unité est un signe de maturité des Eglises; la division est une preuve de puérilité persistante. Nous parviendrons à la maturité de l'unité en nous centrant toujours sur le Christ plutôt qu'en nous laissant ballotter par des disputes passagères. En "confessant la vérité dans l'amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, Christ."

 

Questions pour la discussion

1. De combien de divisions et de tensions existant entre nous pouvons-nous retrouver l'origine dans un manque d'humilité et de bonté dans la manière d'agir les uns envers les autres, un manque de patience et de tolérance aimante les uns à l'égard des autres? Comment l'humilité et la bonté, dans la manière d'aborder les questions de doctrine et d'organisation, peuvent-elles transformer notre discours? 

2. En réfléchissant aux fondements de l'unité que propose Paul (un seul corps, un seul Esprit, une seule espérance, un seul Seigneur, une seule foi, un  seul baptême, un seul Dieu et Père), sommes-nous d'accord que l'unité est quelque chose d'autre que l'uniformité?  Une unité authentique peut-elle exister en même temps qu'une diversité légitime?

3. Etes-vous d'accord que la croissance vers une unité plus grande est pour nos Eglises un signe de maturité croissante? Pouvons-nous  espérer voir le jour, sur notre terre, où nous serons plus unis et où nous parviendrons "à la taille du Christ dans sa plénitude"?